OK
AJAX error!

Les forumsDictionnairePolitique du dictionnaire

Politique du dictionnaire

Ce document détermine quels mots sont dignes d’être inclus dans notre dictionnaire, et quels mots sont rejettés.

Les noms communs


Tous les mots usuels, rares, désuets, scientifiques, techniques, médicaux, ésotériques, etc. sont acceptés, tant qu’il ne s’agit pas d’anglicismes divers.

Les termes argotiques, vulgaires ou grossiers sont acceptés/tolérés s’ils sont passés dans l’usage courant et ont dépassé l’effet de mode (c’est-à-dire s’ils ont franchi la barrière des générations).

Les belgicismes, les helvétismes et les québécismes sont acceptés, à condition qu’il ne s’agisse pas de termes argotiques, auxquels cas la règle générale s’applique.

Le langage SMS est proscrit.

La novlangue : néologisme ou barbarisme ?


De nouveaux mots apparaissent régulièrement dans notre langue et il n’est pas aisé de savoir si ces nouveautés seront pérennes. Néologisme ou barbarisme, la frontière est parfois ténue, et juger sur ce point dépend pour beaucoup du sentiment de chacun et de l’usage qu’on en fait soi-même. Les dictionnaires eux-mêmes ne s’accordent pas toujours en la matière. Tout le monde tâtonne.

Comme il ne s’agit ici que d’améliorer des dictionnaires orthographiques, la novlangue sera un peu plus considérée et acceptée que par les dictionnaires usuels. L’ajout de ces néologismes ne gênera pas ceux qui préfèrent éviter de les employer.

La règle suivie sera un peu floue : si un mot nouveau est largement employé, reconnu, francisé, celui-ci est accepté, à condition qu’il ne remplace pas un terme déjà existant et correct. Cependant, si la nouveauté concerne un domaine spécifique, un métier ou une science, qu’il n’existe aucun autre terme pour désigner la même chose et qu’il ne s’agit pas d’un anglicisme inélégant, nous serons moins regardants sur la fréquence d’utilisation. Pratiquement, qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’on va lancer des recherches sur Google, examiner la fréquence d’utilisation et le domaine d’application des nouveautés proposées, puis juger en toute subjectivité. ;)

Féminisation des noms de métier


Bien que l’Académie française y soit opposée, la féminisation des noms de métier est ici permise. L’usage en est de plus en plus répandu en France (il est imposé dans les administrations); et le Québec, la Belgique et le canton de Genève ont officialisé l’emploi de ces nouvelles formes.

Les noms propres


Afin que le dictionnaire ne se transforme pas en catalogue commercial, en annuaire ou en bottin mondain, la plupart des noms propres sont proscrits. Ainsi, seront refusés les noms d’entreprise, de marque, de produits de consommation (logiciels, objets manufacturés, voitures, bières, etc.), les célébrités, les stars du cinéma ou du petit écran, ainsi que les personnages des romans.

Les prénoms français sont acceptés. Nous nous limitons aux prénoms usuels actuels. Nous acceptons qui font partie des 400 prénoms les plus portés.
www.meilleursprenoms.com…

Les personnalités historiques sont acceptées si leur gloire posthume a marqué les esprits durablement (au moins 20 ans après leur décès). Il en va de même pour les philosophes et les écrivains.

Les dieux et les héros des mythes de l’Antiquité sont acceptés, si du moins leur gloire est passé à la postérité. Seuls les plus fameux des 300 millions de dieux hindous seront acceptés. ;)

Les noms des nations, des régions, des mers et des fleuves sont acceptés.

Les noms des villes françaises, belges, suisses et québécoises sont acceptés, si elles comptent plus de 20 000 habitants. Les capitales étrangères, les centres régionaux, économiques et historiques (> 200.000 hab.) sont aussi acceptés.

Sigles, acronymes


Attendu les incohérences sur l’écriture des sigles, l’usage qui omet les points et la normalisation des règles typographiques (règles de l’Imprimerie nationale), on intègre les sigles sans les points dans notre dictionnaire.
Les sigles (entièrement en lettres capitales) doivent être repris dans le Larousse et dans le Robert pour être acceptés.
le 11 mai 2010 à 15:22
<h3>Les patronymes</h3>
En ce qui concerne les patronymes, il n’y a pas de règles précises, sinon une vague notion de notoriété. Il faut toutefois que la notoriété soit posthume, qu’on se souvienne de ce nom au moins 30 après la disparition du défunt (afin d’éviter les emballements médiatiques).

Toutefois, il y a quelques cas particuliers. Par exemple, les mathématiciens. Le premier dictionnaire contenait une foultitude de termes mathématiques et bon nombre de mathématiciens méconnus hormis des initiés. Comme OOo contient un éditeur d’équations, nous avons poursuivi cette logique et intégré presque tous les mathématiciens vaguement renommés, notamment ceux qui avaient donné leur nom à un théorème.

En ce qui concerne les célébrités du show-biz, nous nous en désintéressons.

Pour les écrivains et les philosophes, nous acceptons les plus connus. Pour l’instant, nous nous sommes contentés d’y mettre les auteurs les plus classiques, vraiment réputés.
Pour les historiens, les psychologues, les sociologues et autres métiers de l’écrit, nous nous y sommes moins attardés. Nous pourrions accepter des figures notaires dans leur domaine, comme Durkheim, Dumézil, Arendt ou Gibbon.
Je n’ai pas d’avis sur Milgram ou Barjavel.

Nous intégrons aussi les personnages historiques marquants, les plus connus. Néanmoins, ce ne sont pas forcément des militaires et des politiciens. Voir Chanel: www.dicollecte.org…

En fait, tout est à discuter.
le 11 mai 2010 à 15:22

Les prénoms


Sont acceptés :
— les 800 premiers prénoms du XXe siècle sur www.meilleursprenoms.com…
— les prénoms référencés au moins 100 000 fois sur le web francophone référencé par Google (utilisez le lien fourni dans la page d’ajout, ne tapez pas juste dans Google pour faire vos recherches).

Les variantes graphiques sont acceptées si elles sont référencées plus de 100 000 fois par Google.
le 12 mars 2012 à 08:16

Les noms déposés


Les noms déposés sont acceptés uniquement s’ils sont passés dans l’usage courant et sont, ce faisant, devenus des noms communs : pas de majuscule requise, pluriel régulier.

Parmi les noms déposés très usités, on trouve : alcootest, bureautique, caméscope, chèque-restaurant, coton-tige, digicode, déchetterie, dictaphone, hygiaphone, mobylette, nylon, texto (entre 2001 et 2009 : www.lemonde.fr…), velcro, viagra, etc.
le 11 juillet 2012 à 10:37

Notification par e-mail    0