OK
AJAX error!

Les forumsGrammalecteFormateur de texte : prise en compte des espaces fines (proposition)

Formateur de texte : prise en compte des espaces fines (proposition)


Bonjour

Il pourrait être opportun d’offrir en option sur le « formateur de texte » la possibilité de mettre en place des espaces fines dans un texte. L’usage des espaces fines est recommandé et appartient, pour la langue française, au domaine de la typographie dite « soignée ».

Cette option n’aurait sans doute pas à être cochée par défaut. L’utilisateur aurait à décider de l’utiliser en fonction des polices utilisées sur son document. Dans la rubrique « Espaces insécables », cela pourrait se traduire simplement par une case à cocher supplémentaire.

Je publie depuis un an des livres au format EPUB et PDF contenant systématiquement des espaces fines. J’utilise le plus souvent la police Linux Libertine (mais de plus en plus de polices les affichent). La version 2.0 d’ADE (Adobe Digital Editions) permet même depuis octobre 2012 d’afficher les espaces fines sans police incorporée spécifique sur les lecteurs d'e-book.

À titre d’information, j’utilise actuellement une regex pour remplacer les espaces insécables par des espaces fines sur les fichiers xhtml ;
S= ([«]) | ([;!?»])
R= \1 \2
J’utilise également une seconde regex pour mettre des espaces fines avant l’exposant des appels de notes, suivant en cela une recommandation lue dans Lacroux.

Il serait naturellement plus agréable de pouvoir enfin les mettre en place « nativement », c’est-à-dire directement sur OpenOffice au lieu de devoir les convertir ultérieurement.

- Copie d’écran montrant la présence de l’espace fine dans Linux Libertine :
pix.toile-libre.org…

- Lien vers un livre au format PDF (et EPUB) qui utilise des espaces fines :
www.mobileread.com…

- Informations techniques sur ce signe de ponctuation :
www.fileformat.info…
le 26 juillet 2013 à 07:45
Oui, j’avais hésité à proposer ça dans le formateur de texte, attendu que l’espace insécable fine n’est pas gérée par LO/OO (le signe n’est pas grisé) et que ce caractère a même été rejeté des spécifications concernant la ponctuation (wiki.openoffice.org…).

Il faudrait peut-être relancer la question officiellement sur les mailing-lists de LO/OO.
le 26 juillet 2013 à 08:09
L'affichage sur LO avec un grisé n'est pas indispensable et ne devrait pas empêcher d'avancer (comme il s'agit d'un problème spécifique à la langue française, on risque bien d'attendre un temps plus que certain).

À titre d'exemple, nombre d'entités html (dont les espaces fines) ne sont pas affichées dans le code de Sigil. Une fois les espaces fines mises en place sur un texte, on les détecte en vue code... au curseur. Cependant, lorsqu'on lit le texte, on s'aperçoit bien évidemment de la différence (comparer les : et les ;). Il est aisé de voir s'il y a ou non une espace fine.

L'inclusion des espaces fines peut être faite juste avant l'export du texte. La fonction de mise en place des espaces fines pourrait éventuellement être réversible c'est-à-dire que l'on pourrait aussi transformer les espaces fines en insécables. Je ne l'ai fait que rarement mais c'est encore plus simple que de les mettre en place initialement puisqu'il n'y a qu'un chercher/remplacer à exécuter.
le 26 juillet 2013 à 08:29
Bonjour

S’agissant d’un forum, je pense qu’il est licite de commenter une proposition. Faites-moi savoir si vous jugez mon intervention peu opportune.

L’espace fine

Le format odt d’OpenOffice n’est pas une fin en soi. Souvent, il est utilisé pour la mise en forme et la correction d’un texte qui sera ensuite exporté ou converti sous un autre format, xhtml, PDF, etc. format qui sera celui de la publication finale.

L’espace fine appartient à la typographie française. C’est un caractère Unicode à part entière depuis 1999. Je ne vois pas au nom de quoi les utilisateurs de langue française devraient y renoncer. C’est à l’utilisateur de faire son choix et d’en accepter les limitations éventuelles (d’où la proposition d’un choix en option). Ce n’est pas au logiciel de lui dicter ce qu’il doit ou non employer. Au nom de quoi en priver les utilisateurs ?

***

En restant dans le domaine de la typographie, prenons deux exemples pour montrer combien certaines limitations peuvent être soit dépassées (table des glyphes) soit insatisfaisantes (Open Type).

La table des glyphes

Certains des commentaires justificatifs que j’ai pu lire s’appuient sur des informations windows-centrées qui me semblent datées, par exemple la table qui permet d’obtenir les glyphes propres au français m’a laissé rêveur...

C'est celle-ci: hpics.li…

À titre d’exemple, sur le clavier Linux alternatif que j’utilise, je tape directement au clavier la quasi-totalité des touches mentionnées sur cette table (sauf les quatre surlignées en jaune, voir copie d’écran) sans avoir à mémoriser quoi que ce soit et certainement pas des chiffres du genre alt 202, etc.

Pour être précis, c’est OpenOffice qui me permet d’obtenir par auto-correction le tiret cadratin et demi-cadratin et Grammalecte qui me fournit l’apostrophe courbe. Que ne fournit-il pas l’espace fine !

Pour nombre d'utilisateurs, cette table des glyphes de référence n’est donc que la solution à un faux problème.

Les polices Open Type

Les polices Open Type offrent d’intéressantes améliorations qu’Open Office n’a malheureusement pas encore pris en compte, contrairement à Latex ou InDesign. Illustrons-le avec un petit texte de test. Voici le même paragraphe écrit au format PDF, le premier a été écrit avec un logiciel qui supporte l’Open Type, le second par Open Office 4. La police utilisée est rigoureusement la même de part et d’autre. Je vous laisse comparer les différences.
hpics.li…
hpics.li…
Vous pouvez voir sur le premier quatre ligatures que n’offre pas le second (notez aussi la présence de l’espace fine au niveau du point-virgule bien que cela n’ait rien à voir avec la police).

Est-ce une situation satisfaisante ? Eh bien on en est là avec l'espace fine. Heureusement, pour ce dernier point, la solution technique est beaucoup plus simple à mettre en œuvre et c'est pourquoi je garde espoir.
le 27 juillet 2013 à 19:39
Vous savez, ce n’est pas parce que je mets du temps à répondre que je ne suis pas d’accord. Et oui, vous avez bien le droit d’argumenter. Je n’ai encore censuré personne ici (sauf par mégarde, quand j’ai confondu le bouton éditer avec le bouton citer).

Mais, pour tout dire, dans la très longue liste des choses qu’il faudrait faire, je me demandais quelle priorité accorder à votre requête. Lorsque fin juin, j’ai présenté Grammalecte au groupe interministériel MIMO, je me suis efforcé de lister les fonctionnalités envisageables pour améliorer le correcteur à l’avenir, et, sans forcer, la liste de celles-ci devraient occuper aisément une personne seule pour plusieurs années, et je suis loin d’avoir présenté tout ce qui serait à faire. En bref, il y a des tas d’autres choses qui me semblent aussi importantes.

Devant l’ampleur de la tâche à accomplir, il y a forcément des priorités à choisir. Et pour ma part, même si je suis d’accord avec vous sur l’importance de la typographie, je suis quand même un peu embêté de développer une fonctionnalité qui risque d’introduire des incohérences avec le comportement “normal” de LO/OO, aussi critiquable que soit ce comportement. La cohérence, ce n’est pas à négliger d’un revers de la main. Je préférerais effectivement que vous militiez en amont (chez LO/OO) pour modifier le comportement par défaut, et je me ferais alors un plaisir de suivre le mouvement.

C’est pourquoi j’hésite encore et je ne sais que dire. Je suis très occupé en ce moment et je n’ai pas fait grand-chose sur Grammalecte depuis un mois. Pire, je risque d’être encore plus occupé dans les mois qui viennent. Sans compter que j’aime passer d’un sujet à l’autre, et en général ça m’ennuie de devoir travailler à nouveau sur quelque chose que je viens de faire. Le formateur de texte, c’est un vaste sujet. On pourrait y passer des mois, voire des années, et pourquoi pas, refaire LaTeX dans LibreOffice. :)

Par ailleurs, avec LibreOffice, il est déjà possible de bénéficier des mêmes avantages offerts par les polices OpenType, mais il faut pour cela utiliser les polices Graphite Linux Libertine G et Linux Biolinum G. Vous aurez alors des ligatures, des espaces insécables fines automatiquement ajoutées, etc. comme dans votre exemple en image.
(Si vous utilisez une police Graphite, désactivez l’option Espaces insécables de Grammalecte.)

Pour ma part, je tape en bépo (bepo.fr…), ce qui me permet d’écrire à peu près tout ce que je veux même dans l’éditeur de texte le plus rudimentaire, ce qui est extrêmement appréciable. C’est bien mieux qu’un azerty amélioré quelconque de Linux ou de Windows. Je vous conseille de vous intéresser à la question, c’est un peu dur au début, mais après deux ou trois mois vous vous demanderez comment vous avez pu tolérer d’écrire avec un azerty aussi longtemps. L’espace insécable fine est accessible avec Maj+Alt+Espace. Le bépo est inclus par défaut dans toutes les distributions Linux que j’ai testées.

En conclusion… disons que je vais réfléchir encore à votre demande. :)
le 27 juillet 2013 à 21:11
Merci de votre réponse. J'espère que votre réflexion portera ses fruits. Il s'agit d'une adaptation mineure mais significative car elle mettra finalement le formateur de Grammalecte en phase avec les règles typographiques propres à la langue française.

Aujourd'hui, une expression régulière me permet de mettre en place les espaces fines, un peu comme c'était le cas pour l'apostrophe typographique avant que Grammalecte n'y prête main forte. Cette proposition n'a donc pas été faite à titre personnel mais pour une question de principe, "parce que nous - utilisateurs de la langue française - le valons bien".

J'avais testé il y a quelques mois la police Libertine Graphite et l'outil typographique qui va avec. La taille de cette police ne permet pas de l'incorporer facilement dans un ebook sans risque de perdre quelques-unes de ses fonctionnalités complexes, plutôt conçues pour le soutien de langues rares.

En ce qui concerne le clavier BEPO, je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il soit plus ergonomique et plus adapté à la langue française. Le clavier Linux alternatif offre toutefois un confort suffisant, en ce sens qu'il permet de taper un texte français sans recours à la mémorisation.
le 28 juillet 2013 à 10:29
C’est fait. Remerciez la canicule. Pas envie de faire des travaux aujourd’hui. :)
le 02 août 2013 à 12:29
Bonjour

Désolé de ma réaction tardive. La mise en place -optionnelle- des espaces fines avec la nouvelle version de Grammalecte 0.33 fonctionne très bien et de façon extrêmement simple. Les espaces fines ne sont pas grisées comme les autres insécables, mais cela n'empêche en rien leur utilisation. Enfin, il faut noter que la mise en place des espaces fines est aisément réversible. C'est donc parfait.

Merci beaucoup.
le 07 août 2013 à 08:52
Pour avoir les espaces insécables fines grisées, j’ai ouvert ce rapport de bug :
bugs.freedesktop.org…
le 07 août 2013 à 13:02
Exactement. Il s'agit bien d'un bug.

Par ailleurs, j'ai noté ceci qui s'applique aussi bien aux espaces insécables qu'aux espaces insécables fines et je ne sais pas si vous avez pu le prendre en compte:

Les règles appliquées pour la mise en place des fines souffrent quelques exceptions en cas de conflit avec d'autres règles pour les combinaisons de ponctuation hautes avec d'autres signes de ponctuation: (?), [!], ?!, ...?

Référence: Lacroux - Orthotypographie, V1. hpics.li…
le 10 août 2013 à 11:43
Le formateur n’ajoute aucun espace dans ces cas-là.
le 10 août 2013 à 13:44
Excellent.
le 10 août 2013 à 14:31

Notification par e-mail    0