OK
AJAX error!

Les forumsÉtiquetage du dictionnaireParticipe passé de "valoir"

Participe passé de "valoir"

Dans la phrase suivante, "value" est déclaré invalide par le dictionnaire :

La gueule de bois qu’Abbie m’avait value...

"valu", comme "coûté, pesé, marché, couru, vécu, dormi, régné, duré...", est invariable, mais uniquement avec un complément circonstanciel de mesure. Il ne répond pas aux questions "quoi ?" ou "qui ?" mais à la question "combien ?". Ex. : "Les cent mille euros que cette maison a valu". Mais : "Les nombreuses critiques que m'a values mon chapeau".

Ce n'est pas comme "fallu", qui est invariable (verbe impersonnel, c'est toujours "il" a fallu).

Dans la phrase citée en haut, "la gueule de bois" répond à la question "quoi ?" et non pas "combien ?".

Il est probablement difficile pour un logiciel de savoir à quelle question répond le complément. Mais au moins, "value", "valus" et "values" ne devraient pas sortir systématiquement en erreur (et aussi être admis dans le lexique). Qu'en pensez-vous ?
le 21 avril 2019 à 16:06
la gifle qu’il m’a donnée ->> une gifle est donnée ->> une gifle donnée.
la gueule de bois qu’il m’a value ->> une gueule de bois est value [???] ->> une gueule de bois value [???]

Je pense qu’il n’y a pas de COD dans le deuxième cas, car le COD indique quelque chose sur laquelle une action est faite.
Or valoir quelque chose, ce n’est pas une action. C’est plutôt un état de fait (temporaire).

Pour le TLFi et l’Académie, “valoir” est un verbe intransitif. Pour le Larousse et le Wiktionnaire, c’est un verbe transitif.
C’est un cas limite. Mais je suis d’accord avec les deux premiers. Je pense que c’est erroné de qualifier ce verbe de transitif.
le 21 avril 2019 à 18:43
Le TlFi accepte bien l'emploi transitif. Il faut descendre à : II. − Empl. trans.
Encore plus bas, dans les conjugaisons, il indique : participe passé: valu, -ue.

L'Académie (en bas également) :
VALOIR s'emploie aussi comme verbe transitif et signifie Procurer, faire obtenir, produire.

Le Robert a la même structure que le TLFi et indique en II, un emploi transitif. Il donne cet exemple :
« Après cinq ans d'exil que lui avait valus sa condamnation » (Giraudoux)

Sur ce dernier exemple, bien malin qui peut répondre de façon certaine si "cinq ans d'exil" répond à la question "quoi ?" ou "combien ?". Giraudoux dit que c'est : "quoi ?"
le 21 avril 2019 à 21:10
Ça m’apprendra à ne plus lire à l’arrache. :)

Oui, apparemment, lorsqu’il ne s’agit pas d’un complément de mesure mais d’une conséquence le verbe est considéré comme transitif. Je trouve toujours cela un peu douteux, mais bon, ce ne sera pas la première fois.

Il faut donc écrire :
— Les cent mille euros que cette maison a valu.
— Ce cheval ne vaut plus la somme qu’il a valu autrefois.
— La peine que ça en avait valu.

Mais :
— Les honneurs que lui a valus cette action.
le 22 avril 2019 à 08:04
Oui, cela fait partie des bizarreries de notre langue. Elle est aussi valable pour plusieurs autres verbes dont j'ai donné une liste non exhaustive dans le message de tête.

Le fait que Le Robert, malgré tous ses relecteurs chevronnés et ses éditions successives, donne un exemple pour le moins ambigu en montre bien la difficulté.

Merci pour votre dictionnaire si précieux, et pour Grammalecte.
le 22 avril 2019 à 16:27

Notification par e-mail    0