OK
AJAX error!

Les forumsGrammalecteMajuscules dans les noms de ministres et de ministères

Majuscules dans les noms de ministres et de ministères

Grammalecte suggère de mettre des majuscules aux noms de ministres et de ministères et renvoie en ce sens à une page québecoise qui explique que c'est la pratique au Québec.

Toutefois, ce n'est pas la pratique française. Le guide de légistique (disponible ici: www.legifrance.gouv.fr… ) mentionne bien en sa page 699 que:

Pour les noms des organismes ou d’institutions d’Etat, s’ils sont seuls de leur espèce, le premier mot nécessaire à l’identification prend une majuscule, ainsi que l’adjectif le précédant, le cas échéant :

la Cour des comptes
les Nations unies
la Haute Cour de justice
la chambre régionale des comptes

La charte typographique du Journal officiel ( www.legifrance.gouv.fr… ) traite de ces questions pp. 13-15 et indique expressément:

"Supprimer les majuscules qui ne sont pas nécessaires :
Ministre de l’Agriculture => ministre de l’agriculture
Ministère du Logement => ministère du logement "

Je concède que c'est un peu contre-intuitif et pas forcément conforme à l'usage courant hors adminstration, mais l'administration a quand même très largement tendance à s'y conformer et ce sont quand même des mots qu'on y écrit couramment.

Est-il possible d'appliquer cette règle pour Français - France et de réserver le réglage actuel pour Français - Québec ? Je n'ai aucune idée de comment font les autres pays par contre.
le 19 juin 2020 à 17:17
Ce n’est pas une question québecoise.

J’ai lu dernièrement la biographie de Hitler (Éditions Flammarion), de Lénine (Éditions Perrin) et de Staline (Éditions Gallimard), et dans chacune d’entre elles, les intitulés des ministères avaient une majuscule.

Le lexique des règles typographiques de l’Imprimerie nationale ne spécifie pas de règles concernant les intitulés des ministères, mais donne pour exemples “le ministère des Affaires étrangères”, “la direction du Budget”, “le secrétariat d’État à la Guerre”, etc.

Après une vérification rapide, la plupart des journaux français mettent aussi une majuscule (sauf Le Monde et Marianne).

Wikipédia :

Le Journal officiel de la République française (JORF) […] écrit le titre d'un ministre ou le nom d'un ministère entièrement en minuscules : « ministre des affaires étrangères et du développement international », « ministère de la défense » […], au contraire du portail du Gouvernement, qui met une voire plusieurs majuscules : « secrétaire d’État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, auprès du ministre de la Défense », « ministre des Affaires étrangères et du Développement international ».


Le gouvernement se contredit donc lui-même.

Je ne sais pas si la typographie du Journal officiel est réellement suivie et si elle a une quelconque valeur aux yeux de ceux qui éditent des textes gouvernementaux, mais elle semble un peu seule au milieu d’éditeurs qui, pour la plupart, ont tranché autrement.

Donc, je ne vais pas supprimer ces règles pour les Français. Mais peut-être serait-il à propos d’ajouter une option pour les désactiver, puisque l’administration me fait l’honneur d’intégrer Grammalecte dans leur suite logicielle ?
le 19 juin 2020 à 19:47

Admin :
Donc, je ne vais pas supprimer ces règles pour les français. Mais peut-être serait-il à propos d’ajouter une option pour les désactiver, puisque l’administration me fait l’honneur d’intégrer Grammalecte dans leur suite logicielle ?



Bonjour,
Est-ce que cet honneur va jusqu'à une contribution au développement de Grammalecte (si la question n'est pas indiscrète) ?
Pierre
le 19 juin 2020 à 22:40
Non. Il m’a même été expliqué qu’il n’y avait aucune chance que ça arrive, attendu que les administrations ne peuvent pas faire de don (ce n’est pas légal, si j’ai bonne mémoire) et qu’elles ne font jamais appel à des particuliers pour l’informatique ; une société prestataire qui a remporté un appel d’offres s’occupe d’à peu près tout (là encore, si j’ai bonne mémoire).
le 20 juin 2020 à 09:27
C'est bien ça. On ne peut pas "donner" pour le libre, que l'on utilise Grammalecte ou LibreOffice. Un lycée ne peut légalement rien donner, sauf une toute petite somme, quelques centaines d'euros tout au plus, sous forme de dons, mais il faut un projet, le présenter au conseil d'administration, et faire voter la somme. Je ne suis même pas certain que ce soit légal. Il faudrait que la loi évolue sur ce point pour que le libre se développe.

Une solution, serait peut-être de proposer une solution de maintenance, plus ou moins factice, de résolutions de bug, d'ajouts dans le dico, bref une prestation, pour une somme modique, auxquels les lycées ou collèges pourraient souscrire. Là, on ne donne plus, mais on paye un service.
le 20 juin 2020 à 15:42
Alors, je veux bien croire que le choix de mettre les intitulés de ministres et de ministères (sauf le Premier ministre) en minuscule est isolée, voire discutable. Ceci étant, le fait que ce soit également la position du journal "Le Monde" montre qu'elle n'est pas tout à fait unique.

Et c'est bien avec consternation que je vois que la plupart des sites gouvernementaux ne respectent pas les propres règles que l'administration est censée s'imposer. Je suppose, par expérience, que c'est parce qu'ils sont faits par des services de communication qui se moquent bien des normes et mettent des majuscules pour faire joli. En tout cas, je peux vous assurer que dans tous les services juridiques, où le guide de légistique que j'ai cité est la Bible, on respecte scrupuleusement cette histoire de minuscules.

Voyez également toute les décisions du Conseil d’État qui suivent parfaitement cette règle. Pour prendre un exemple récent:

www.conseil-etat.fr…

le ministre des solidarités et de la santé conclut au rejet de la requête

[...]

La requête a été communiquée au Premier ministre et au ministre de l’intérieur



Mais par contre, l'Académie Française se positionne en faveur des Majuscules www.academie-francaise.fr…

Les noms des organismes (organismes d’État, organismes culturels et éducatifs, etc.), lorsqu’il en existe plusieurs de leur espèce, ne prennent pas de majuscule ; c’est le nom propre ou le nom de spécialisation qui les accompagne éventuellement qui la prend : [...] le ministère de la Culture [...]

Les noms des fonctions, titres et charges civils, publics ou privés, administratifs et religieux sont en minuscules, et c’est encore une fois le terme caractérisant qui prend la majuscule : le ministre de la Défense



Du coup, je ne sais pas trop quoi vous dire. Est-ce que le Journal officiel ferait n'importe quoi, comme pour les majuscules qu'il refuse obstinément d'accentuer ? Je peux en tout cas témoigner que pour ce qui est de la production normative et juridictionnelle, on chasse avec détemination la majuscule.
le 20 juin 2020 à 22:44
Le Journal officiel ne fait pas n’importe quoi. Il n’y a pas de règles uniformes de typographie, il y a des conventions typographiques qui sont choisies par les maisons d’éditions. Il y a beaucoup de ressemblances, mais il y a aussi parfois des divergences.

des services de communication qui se moquent bien des normes et mettent des majuscules pour faire joli


Ils ne se moquent pas des normes, ils suivent d’autres normes. Ce n’est pas la même chose.
Il n’est pas si étonnant que la typographie du Journal officiel ne s’applique qu’au Journal officiel.
Après tout, la typographie de l’Imprimerie nationale semble assez répandue et connue. Moi-même, j’ignorais qu’il existait un manuel de typographie pour le Journal officiel.

Bref, vu ce que vous me dites sur le respect strict de cette typographie pour certains, je vais proposer une option pour désactiver cette règle.
le 20 juin 2020 à 23:38
C'est fort aimable.. plus encore que désactiver cette option, un bouton radio permettant d'alterner entre les deux règles seait idéal. Après, je ne sais pas si c'est possible.

le 20 juin 2020 à 23:50
Non, il y a trop de conventions typographiques pour que je prenne la peine de suivre chacune d’entre elles. Sans compter qu’il n’y a aucune garantie que ces conventions ne changent pas avec le temps. Il est trop coûteux de suivre les préférences de chacun.

Par ailleurs, d’une manière générale, je suis favorable à la normalisation. Je ne vois pas l’utilité d’avoir plusieurs conventions typographiques qui se contredisent. Alors je prends parti, en fonction de l’usage général, mais aussi des contraintes techniques.
Dans Grammalecte, il n’y aura pas de typographie selon A, selon B, selon C, selon X, selon Y, selon Z.

Mais comme l’idée, c’est aussi d’éviter les faux positifs, si possible, j’essaye de ne pas être trop contraignant et laisser la possibilité de désactiver certaines règles.

Par exemple, la typographie du JO refuse l’accentuation des majuscules (on se demande bien pourquoi), et exige que les sigles soient tous écrits en lettres capitales (AFNOR et pas Afnor).

Grammalecte exigera toujours l’accentuation des majuscules. Quant aux acronymes, le parti pris est de laisser les utilisateurs choisir.
le 21 juin 2020 à 10:02
Voilà, c’est fait. Il y a une nouvelle option pour les majuscules.
le 21 juin 2020 à 11:47
Merci beaucoup,
le 22 juin 2020 à 14:08

Notification par e-mail    0