OK
AJAX error!

Les forumsÀ propos du siteStatut et emplacement des dictionnaires sur Ubuntu, Debian, ... Linux

Statut et emplacement des dictionnaires sur Ubuntu, Debian, ... Linux

Bonjour,

Bravo pour votre beau projet bien réussi et une admirable organisation. Voici mes deux eurocents :-)

Cet article discute de 1) comment sont considérés les dictionnaires sur Linux et 2) partant, où les installer.

La page d'accueil présente ses projets comme "dictionnaires ... pour OpenOffice.org, pour Firefox, Thunderbird et SeaMonkey". Il en est de même pour son titre et donc sa référence dans Google. C'est peut-être vrai pour Windows où les rivalités font que, me disent mes souvenirs, chaque programme apporte son correcteur orthographique, souvent payant, et même parfois le même payé plusieurs fois pour des logiciels différents.

Mais ce l'est beaucoup moins pour Linux où règne l'esprit de collaboration et de partage. Sur mon système Ubuntu (dérivé de Debian), hunspell/myspell est plus exactement le correcteur orthographique du système Ubuntu lui-même, dont peut se servir gratuitement tout logiciel qui prend la peine de s'y intégrer.
Je trouve par exemple le fruit de votre travail dans d'autres logiciels de courrier comme Evolution, de clavardage comme Pidgin, de traitement de texte comma Abiword, et même de simples éditeurs de texte comme Gedit par le truchement de Enchant qui est aussi utilisé par Gtkspell. Si on y ajoute d'autres systèmes de développement comme Eclipse, la liste peut devenir longue.
Je trouve que ça vaudrait la peine de présenter le correcteur d'orthographe de cette manière sur la page d'accueil et ailleurs.

Cela a une implication pratique importante : VOTRE PROCÉDURE D'INSTALLATION EST ERRONÉE AU MOINS POUR UBUNTU. Si Firefox, par exemple, trouve bien ses dictionnaires dans /usr/lib/firefox-3.6.11/dictionaries, CE N'EST PAS LÀ QU'IL FAUT METTRE CES DICTIONNAIRES, mais, très logiquement, en conséquence de ce qui précède, dans /usr/lib/hunspell. Le premier répertoire ne contient en fait que des liens symboliques (semblables à des alias) vers les fichiers du second.
La mise à jour des dictionnaires est donc une mise à jour de hunspell et pas de Firefox, de Thunderbird ou de Open Office et il devrait en être de même pour les autres logiciels et pour les autres systèmes Linux.
Autrement dit, si en Windows la désorganisation veut qu'il faille mettre les dictionnaires 10 fois dans 10 dossiers de 10 logiciels différents, il faut pour Ubuntu et probablement les autres Linux, ne les mettre et ne les mettre à jour qu'une fois dans le dossier "centralisé" hunspell. En créant dans les répertoires d'installation des liens symboliques que n'implémente pas Windows, l'installation faite par Ubuntu indique où se trouvent effectivement ces dictionnaires. (Et l'utilisateur peut supprimer les liens qu'il n'utilise pas.)

Enfin, on peut dispenser l'utilisateur de comprendre tout ça. La distribution Ubuntu contient un package (paquet) appelé:
hunspell-fr_3.2.0-3ubuntu3_all.deb
Il est très simple d'y remplacer les fichiers de dictionnaire pour en faire un paquet appelé:
hunspell-fr_3.8.0-????????_all.deb
Il suffit de cliquer sur ce paquet pour installer le nouveau dictionnaire.
On peut également le mettre sur un serveur, dit dépôt, tel que www.getdeb.net ou archive.ubuntu.com…
Dans ce cas, l'utilisateur trouvera le paquet directement dans son programme d'installation Synaptic.
Le site Dicollecte peut aussi contenir un lien de type apt www.getdeb.net… à cliquer pour effectuer la mise à jour.

Bien à vous.


le 29 octobre 2010 à 12:17
Bonjour,

Linux où règne l'esprit de collaboration et de partage. Sur mon système Ubuntu (dérivé de Debian), hunspell/myspell est plus exactement le correcteur orthographique du système Ubuntu lui-même, dont peut se servir gratuitement tout logiciel qui prend la peine de s'y intégrer.


Ça n’a pas toujours été le cas. Il y a quelques années, j’avais vu que Fedora avait centralisé Hunspell, mais j’ignore si toutes les distributions ont suivi ce chemin, attendu que ça implique de modifier les logiciels concernés.

Je trouve par exemple le fruit de votre travail dans d'autres logiciels de courrier comme Evolution, de clavardage comme Pidgin, de traitement de texte comma Abiword, et même de simples éditeurs de texte comme Gedit par le truchement de Enchant qui est aussi utilisé par Gtkspell. Si on y ajoute d'autres systèmes de développement comme Eclipse, la liste peut devenir longue.
Je trouve que ça vaudrait la peine de présenter le correcteur d'orthographe de cette manière sur la page d'accueil et ailleurs.


Il y a deux ans que j’ai cessé de suivre l’univers Linux et que je n’ai plus de multiboot. Je ne savais même pas que ces logiciels utilisaient Hunspell. En même temps, j’ai toujours préféré Qt à GTK+, ceci explique peut-être cela. ;) Merci pour l’info. J’ai modifié la page d’accueil.

En ce qui concerne les instructions, effectivement, elles concernent Windows.
Je savais déjà ce que vous me dites, mais je pensais que les linuxiens le savaient aussi, et que conséquemment il n’était pas utile d’en toucher un mot. Finalement, j’ai ajouté un petit explicatif pour les concernés. :)

En ce qui concerne les paquets, si c’est le bordel dans les logiciels sous Windows, c’est aussi le foutoir dans les distributions Linux. ;) Je laisse faire chaque distribution. Si elles préfèrent toutes gérer les paquets à leur manière, c’est leur affaire. Il y en a trop pour que je m’en soucie, je n’ai pas que ça à faire. Quand les distributions Linux proposeront un système de paquets standardisé et unifié, je reconsidérerai ma position. En attendant…

En fait, je ne me suis longtemps soucié que d’OpenOffice.org, et depuis peu je m’occupe un peu des produits Mozilla. Mon temps est limité. Les autres se débrouillent. :)

Cordialement,
le 29 octobre 2010 à 18:08

Bonjour,

Linux où règne l'esprit de collaboration et de partage. Sur mon système Ubuntu (dérivé de Debian), hunspell/myspell est plus exactement le correcteur orthographique du système Ubuntu lui-même, dont peut se servir gratuitement tout logiciel qui prend la peine de s'y intégrer.


Ça n’a pas toujours été le cas. Il y a quelques années, j’avais vu que Fedora avait centralisé Hunspell, mais j’ignore si toutes les distributions ont suivi ce chemin, attendu que ça implique de modifier les logiciels concernés.



En fait, ce sont les logiciels concernés qui doivent détecter la présence de Hunspell et de se servir des langues qu'ils y trouvent. Seul Hunspell doit s'occuper de l'installation des dictionnaires. Ubuntu fait de merveilleux efforts d'intégration pour que ces logiciels non prévu ainsi se comportent au mieux comme ça. Je vois par exemple dans l'installation d'un dictionnaire l'appel d'un script de OOO pour lui signaler l'ajout "life".

Le cas le plus démonstratif est celui de Pidgin qui repose entièrement sur GTK pour ça, qui lui repose sur Hunspell. GTK s'occupe de la zone d'entrée (saisie) de texte et donc de la correction d'orthographe. L'utilisateur n'a aucune instruction concernant les langues. Il ne fait qu'ajouter des langues à son système et à choisir celle de sa session. Le système s'occupe d'ajouter les dictionnaires de Hunspell et les fichiers de message de l'application si elle joue le jeu (Gnome).
L'utilisateur lit les messages de Pidgin dans sa langue et le voit la corriger sans rien devoir choisir d'autre, aucune préférence de Pidgin (mais il y a moyen de les change). Et, cerise sur le gâteau, on peut bavarder dans une langue associée à chaque interlocuteur, ...

How do I change the language for the Highlight Misspelled words option?
If you have a new enough version of GtkSpell, the text input area's context menu will have a Languages submenu that will allow you to choose a language from the list of dictionaries you currently have installed.
There is also a simple plugin called switchspell that can change the spell check language on a per-buddy basis.



Il y a deux ans que j’ai cessé de suivre l’univers Linux et que je n’ai plus de multiboot. Je ne savais même pas que ces logiciels utilisaient Hunspell. En même temps, j’ai toujours préféré Qt à GTK+, ceci explique peut-être cela. ;



Plutôt que le multiboot, essayez VirtualBox qui permet de lancer d'autres systèmes hébergés sans devoir quitter le système hébergeur. J'ai ainsi 13 systèmes configurés, mais il faut décompter Windows 1.03 et 2.03 qui font office de musée.
Munissez-vous d'un fichier ISO de, par exemple, Ubuntu, installez VB, lancez-le, faites les sorcelleries qu'il demande et vous vous retrouvez ½ h après avec un Ubuntu ou tout autre système en ordre de marche.

En ce qui concerne les paquets, si c’est le bordel dans les logiciels sous Windows, c’est aussi le foutoir dans les distributions Linux. ;) Je laisse faire chaque distribution. Si elles préfèrent toutes gérer les paquets à leur manière, c’est leur affaire. Il y en a trop pour que je m’en soucie, je n’ai pas que ça à faire. Quand les distributions Linux proposeront un système de paquets standardisé et unifié, je reconsidérerai ma position. En attendant…



Tout à fait d'accord. Je suis chaud partisan d'un rassemblement des efforts et d'une unification importante des grandes distributions face à la "concurrence". Je voulais bien dire, de fait, que vous devriez vous borner à avoir des liens vers ce que d'autres font. Le dramatique est que j'ai réalisé un paquet Ubuntu de dictionnaire 3.8 en une grosse dizaine de minutes mais que je ne peux pas le distribuer sauvagement au risque d’introduire par la suite une incompatibilité avec la distribution officielle. Et m'entendre administrativement avec eux me prendrait des semaines.

Cordialement,
le 29 octobre 2010 à 22:37
OK, j’ignorais que GTK+ proposait de telles choses.

En ce qui concerne VirtualBox, oui, je l’utilise déjà. Mais j’ai quand même cessé de m’intéresser à Linux depuis lors. Je me contente de m’en servir pour lancer un script de temps en temps. En fait, c’est KDE4 qui m’a beaucoup déçu, et je lui fais dorénavant les mêmes reproches qu’à Gnome. Mais bon, je ne vais pas exposer les raisons complexes de mon éloignement de Linux, sinon ça va remplir des pages. ;)

Je voulais bien dire, de fait, que vous devriez vous borner à avoir des liens vers ce que d'autres font.


Je veux bien, mais plus spécifiquement, quels sont ces liens ?
Je n’ai rien trouvé sur Hunspell dans getdeb.net. Pour notre problème, l’intérêt de archive.ubuntu.com m’échappe.

Le seul lien que je connaisse éventuellement utile pour un linuxien, c’est :
aur.archlinux.org…

Note : passons au tutoiement. ;)
le 30 octobre 2010 à 11:19
D'accord avec toi.
Est/serait-il possible de recevoir par e-mail les discussions auxquelles on participe?
Raison évidente: (7 nov - 30 oct)*50.

Et il n'y a pas que GTK+, je lisais je ne sais plus quel autre système , il y en a beaucoup qui font de *spell -> hunspell leur tasse de thé, à commencer par le programme tea (très mauvaise).

Personnellement, j'aime que, hors période de profonde màj, mon système tourne (ou veille) 1 ou 2 mois sans arrêt (vivement un programme online de setup du BIOS); bon dieu qu'il est ridicule d'arrêter toutes ses applications pour installer la moindre chose, de devoir relancer son système et qu'on te cache ce qu'on y a mis, surtout ce qui n'en sortira plus malgré la vidange. Récemment, je suis tombé sur le super gag: une installation qui supprime mon Network Manager: comment le remettre, surtout sans Internet? Ça arrive dans tous les systèmes, mais avec Windows le conseil général serait "reformate" (je me tu toi) ou équivalent. Avec Ubuntu, j'avais la trace, paquet par paquet, du malheur qui fut réparé en ¾ h. Je ne VBoxe Win que contraint et forcé. Et sûrement pas pour exécuter un .bat ;-) Des scripts, j'en écris pas mal. J'aime les langues et Ubuntu m'en donne autant que je veux. Dans mon pays, le monolinguisme de Windows empêche de revendre un ordinateur du nord au sud, des machines avec lesquelles il n'est pas possible de taper le caractère œ alors que, depuis les ancêtres d'Ubuntu, la touche Compose doit exister depuis quelque 20 ans et ½.
Bref, la Gendarmerie française n'est pas idiote dans sa migration généralisée vers Ubuntu ;-)
Et, question sécurité, c'est surtout l'armée qui devrait généraliser (encore moins bonne).
Google sécurise ses employés en leur donnant le choix entre Linux ou OS X.
J'arrête ici la drache pour la même raison ;-)

Très bien pour Δ page téléchargement. Mais, sans chauvinisme aucun, j'aurais mis Linux en tête.
Sans lire l'avis contraire en fin, un Linuxien pourrait croire que OOO et Mozilla sont pour lui, alors qu'un utilisateur de Windows ne fera pas cette erreur avec Linux en tête (s'il connaissait Linux, il l'utiliserait, ahem ;-))

Question "quels sont ces liens?", désolé, je voulais dire "vers ce que d'autres feraient".
Mais je me demande si je ne change pas d'avis.
En approfondissant hunspell et en faisant des essais sur Ubuntu, j'ai conclu qu'il est tout à fait possible et régulier d'ajouter tout dictionnaire supplémentaire à hunspell. On pourrait donc ajouter un dictionnaire disons "Français (Dicollecte)" alternatif à celui d'Ubuntu et installé tout à fait sans risque de collision avec lui. Normalement, par le principe Linux déjà dit, tout programme devrait en bénéficier mais c'est à vérifier et je suspecte un problème avec Firefox (Thunderbird OK).
BTW: ce principe Linux fait que l'utilisateur n'a qu'un dictionnaire personnel au lieu d'1/programme.

J'aurais peut-être bien envie de construire un paquet DEB à mettre sur ton site et à installer par un simple clic. Mais pas de suite et j'aimerais d'abord éclaircir certains points.

Il y a une chose à laquelle je tiens. C'est que ce à quoi je participe ne soit pas mis à la poubelle parce que "c'est un dictionnaire qui refuse tout ce que je tape". C'est à dire que, comme je viens d'en parler sous ma proposition "baxter", on puisse choisir un dictionnaire contenant, pour faire une image, "tous les mots du Web". Ce serait bien que vous proposiez une telle version à ceux qui veulent faire ce choix.
Car, pour donner un exemple fleuron, si l'Académie confesse que l'orthographe du mot événement est une erreur de transcription et que c'est durant des siècles et par distraction que cette erreur n'a pas été corrigée, on déconseille ou même interdise actuellement d'écrire évèmement.
Il faut respecter le désir de chacun, c'est illusoire de faire des dictionnaires personnalisés et donc voilà l'intérêt d'un dictionnaire large.

Ce raisonnement va même plus loin.
En regardant bien la syntaxe de la commande hunspell, on voit que, très intelligemment, elle peut utiliser plusieurs dictionnaires, dont par exemple médical. Ce n'est même pas idiot du tout que ceux qui mettent beaucoup d'anglais dans leur texte français ou qui, comme je le fais de temps en temps, écrivent en bilingue français-russe, puissent utiliser plusieurs langues en même temps.
Malheureusement, il semblerait qu'il faille sélectionner les dictionnaires au moyen de l'interface utilisateur et que, est-ce du fait du monolinguisme, personne n'y aurait pensé. Il semble en effet que certains pensent qu'on déclare sa langue et qu'on l'utilise. (point) D'où le choix de l'espagnol péruvien pour lequel il n'existe pas de dictionnaire (spécifique) au lieu du choix de dictionnaires qui existent.

N'existe-t-il pas un moyen d'utiliser plusieurs dictionnaires "au nez et à la barbe" du système?
Une manière simple serait une directive du fichier aff incluant d'autres fichiers. Ça existe?
Une autre une tromperie du système. ...???
En désespoir, comment faire la suggestion à l'auteur de hunspell?

Cordialement.



le 07 novembre 2010 à 20:17
Bien entendu: Car, pour donner un exemple fleuron, ..., il est étrange qu'on déconseille...

Et j'oubliais de demander : est-il possible, autre possibilité, de fusionner plusieurs dictionnaires?
Pas ceux qui ont le même fichier aff; ça, j'ai trouvé ;-)
En fait, donc, plutôt de fusionner plusieurs fichiers aff, éventuellement en renommant les "drapeaux".
S'il y avait un programme qui fait ça ... !!!
le 07 novembre 2010 à 20:37
Euh… pitié ! un seul sujet par fil, s’il te plaît, parce que, là, ça part dans tous les sens. :/

1. Nouvelle fonctionnalité pour ce site.
Oui, plein de choses à faire, mais j’ai très, très peu de temps en ce moment, et j’ai des choses plus urgentes en attente. [Lancer un nouveau fil pour ça, si besoin]

2. Linux.
OK pour le fichier DEB.

3. Multilinguisme.
Ça fonctionne avec OOo. C’est juste que Mozilla n’utilise pas ces possibilités de Hunspell. Il faut donc le demander à eux.

4. Politique du dictionnaire
Tous les mots du web ? Rien qu’en parcourant Wikipédia et Wikisource francophones, je trouve des centaines de milliers de mots non répertoriés dans notre dictionnaire. Environ 100 000 entrées rien que pour les mots comptabilisés plus de 50 fois. Navré, mais ce n’est pas réaliste. Ou alors il faut que tu sois plus spécifique. [lancer un nouveau fil sur ce point, si besoin.]

5. Fusionner les fichiers d’affixes ?
C’est peu réaliste. La multiplication des règles d’affixation pose un problème pour la recherche des formes fléchies, attendu que ça multiplie le champ des possibles. En fait, ce n’est envisageable que pour les dictionnaires dont les règles sont assez simples. Le dico français est déjà assez lourd. [lancer un nouveau fil sur ce point, si besoin!]
Si tu as fusionné les dicos fr, c’est inutile, il suffit de prendre le «Classique et Réforme 1990» qui correspond déjà à une fusion du tout.
le 08 novembre 2010 à 02:53
bonsoir,
je corrige un détail (qui a son importance) :
c'est dans /usr/share/hunspell que se trouvent les dictionnaires sous ubuntu (et non /usr/lib/hunspell).
sinon content de voir que les linuxiens sont pris en compte dans la rubrique téléchargement !
enfin contrairement à il y a un an, les empaqueteurs debien/ubuntu semblent utiliser les versions dicollecte (avec parfois un peu de retard) : cf le fil : user.services.openoffice.org…
le 21 novembre 2010 à 20:49
Merci. C’est corrigé. :)
le 21 novembre 2010 à 22:45
bonjour,

une excellente discussion, mais jonchée de semi-vérités...

qui veut être totalement libre au niveau des dictionnaires, fait comme moi: il lance Windows 95 dans Qemu et y (ré)installe le génial programme

- ways2 (et d'autres noms)

du non moins génial pianiste virtuose, plongeur émérite et programmeur innovateur suisse

fr.wikipedia.org…
de.wikipedia.org…

Nul n'est besoin de dictionnaire pour constater que l'on parle du même homme en tenant un langage totalement divergeant: les francophones ne s'intéressent qu'au tralala des plongées profondes (Picard, Cousteau, et, donc, Hannes Keller), les germanophones qu'à l'informatique, la maîtrise des dictionnaires, et la musique classique.

Aussi fourmi ou cigale on peut être dans les deux zones (et ça continue au niveau de l'U.E. actuellement!).

Ways n'était pas un dictionnaire, mais des chemins, approches, méthodes à prospecter! Ce fut tellement génial qu'Hannes Keller obtint du plus gros vendeur de PCs d'Allemagne, et ils étaient puissants les commerçants allemands de micro-informatique vers 1985..1990 la commande du siècle: 1 million de licences achetées d'un coup par Vobis! Ce commerçant savait quelles difficultés on peut avoir avec l'orthographe (et la maîtrise de son propre caractère). Ways était un langage de programmation dans lequel des fonctions de dictionnaire étaient intégrées d'office. Et Ways fut diffusé avec des dicos complets prêts à l'emploi (allemand, anlglais etc., mais aussi germano-anglais, donc des dictionnaires de traduction entièrement automatiques, surtout dans cette direction! Tu tapes en allemand et l'anglais apparait sur l'écran après chaque séparateur). Et chaque dico était entièrement ouvert permettant 2 applications très sensées:

- imposer un vocabulaire d'entreprise différenciant de celui de possible confrères
- châtier le langage de personnes se maîtrisant, aimant appeler «con» un «con» : ways faisait alors l'échange tout seul et remplaçait «con» par «homme bizarre» et permettait d'éviter de surveiller ce que M. UnTel écrivait comme insanités avant de signer le courrier qu'il présente à la signature!

et dans les zones bilingues où il y a en profession mélange des langues (cantons suisses, Flandre, etc.), on pouvait entrer les mots de la seconde langue vraiment utilisés quotidiennement à tort dans l'autre langue pour les remplacer, l'usager ayant au quotidien souvent de tout autre soucis.

en effet, les faiseurs de dictionnaire on beaucoup de mal de toute évidence à se mettre dans la peau des utilisateurs, non, pas de ceux qui ont fait Sorbonne, mais ceux qui promus sur le tas comme on dit, sont à 45..50 ans des responsables de l'économie qui nourrissent par leur savoir-faire une grande partie de l'entreprise malgré une certaine faiblesse en orthographe!

a_pirard a écrit

GTK s'occupe de la zone d'entrée (saisie) de texte et donc de la correction d'orthographe.

c'est exactement ce que fait Ways2, la fonction dictionnaire y étant entièrement intégrée, avec la différence qu'en Windows 95 (et avant les Windows précurseurs et même DOS), il s'agissait de toute entrée (clavier, souris, ou autre)...

le passage de Windows 95 aux Windows NT (Windows XP) a tué Ways.

Mais...

dès 2000, MS-Word reconnaissait automatiquement la langue d'un paragraphe de longs textes aux langues changeantes et permettait donc d'écrire très librement dans n'importe quelle langue dans un seul et même texte commun!

15 après, le libre dit toujours «absent».

et on se bagarre quand aux méthodes aucun ne voulant mettre un tout petit peu d'eau dans son vin:

en 2010 vous écrivez vous désintéressé en quelque sorte des linuxiens et de leurs soucis spécifiques, mais voulez faire valoir votre bidule, hunspell

à cette époque, le dico français (basé sur Hunspell mais non-commun dans l'immense majorité des distributions avec l'installation Hunspell parfois présente: on a les deux, ça bouffe de la mémoire, etc.), intégré dans les Mozilla devait faire encore environ 1/3 seulement de celui qui est intégré dans discussion possible dans les Mozilla d'aujourd'hui, impossible de débarrasser du mamouth et de revenir à la petite souris de l'époque, qui pourtant corrigeait aussi l'orthographe...

un an plus tard paraissent les importantes versions actuelles de LaTex sur un site proche de l'université de Washington avec comme standard aspell ( boxen.math.washington.edu… )!

et nulle part l'information centrale:

quand,

quoi,

comment,

ni que faire pour pouvoir uniformiser (KDE!!! que vous le vouliez où non, KDE, créé dans une université très tôt très littéraire, celle de Tübingen, cela devait aboutir à ça:

la cohérence du système d'exploitation:

une bonne application par tâche, aussi bonne que possible, ou doit permettre un choix,

mais utilisant toutes absolument les même outils. Mais, ok, vous avez raison, KDE4 a énormément de mal à reprendre du poil de la bête, notamment en traitement de texte! Un développeur de Calligra laissait quand même miroiter dernièrement que l'on puisse prochainement sélectionner son dictionnaire, comme dans Mozilla, et changer en cours de route sans redémarrer! Le Pérou!!!)

le pauvre type faible en orthographe dans ce monde de développeurs, partisans inconditionnels de telle ou telle méthode...

y-a-t-il au moins quelque part un aperçu à jour des possibilités actuelles (cette page:

www.debian.org…

mais vraiment remise à jour et complétée: elle a 10 ans de retard maintenant!)

salut
le 10 avril 2013 à 21:47
Bonjour,

en 2010 vous écrivez vous désintéressé en quelque sorte des linuxiens et de leurs soucis spécifiques, mais voulez faire valoir votre bidule, hunspell


Hunspell, ce n’est pas mon bidule, mais n’importe. Ici, on travaille sur le dico, c’est tout. Et je fournis personnellement les dictionnaires à deux logiciels que j’apprécie : LibreOffice et Firefox/Thunderbird. Mais quiconque veut proposer les dictionnaires à d’autres logiciels (Chrome, Opera, les distributions Linux, etc.) peut le faire sans mon aval. Des logiciels qui utilisent Hunspell, il y en a bien trop pour que je les suive.

À ceux qui me/nous reprochent de ne pas faire ou de mal faire (et qui souvent ne font rien eux-mêmes), je leur réponds presque toujours : fort bien, faites-le donc vous-mêmes. ;)

à cette époque, le dico français (basé sur Hunspell mais non-commun dans l'immense majorité des distributions avec l'installation Hunspell parfois présente: on a les deux, ça bouffe de la mémoire, etc.), intégré dans les Mozilla devait faire encore environ 1/3 seulement de celui qui est intégré dans discussion possible dans les Mozilla d'aujourd'hui, impossible de débarrasser du mamouth et de revenir à la petite souris de l'époque, qui pourtant corrigeait aussi l'orthographe...


Vous pouvez toujours utiliser l’ancien dictionnaire Myspell, disponible sur la page Téléchargement. Ça fonctionne aussi avec Hunspell. Contrairement à ce que vous pensez, il n’est guère moins lourd que l’existant, mais comme il peut générer bien moins de formes fléchies, il paraît plus véloce.

Entre ceux qui trouvent qu’on ajoute trop de mots, trop de vieilleries, trop de néologismes, trop d’anglicismes, trop de variantes, trop de tout en fait, et ceux qui trouvent qu’on est trop sélectif, qu’on pinaille trop, qu’on est pédant, qu’on devrait tout mettre, qu’on se pose trop de questions, etc. je ne sais pas comment comment concilier ces deux points de vue, ni tous les autres avis divergents qu’on m’a donnés avec plus ou moins d’aménité.

Je profite de ce message pour remercier – je ne le fais jamais assez – tous ceux qui participent à l’amélioration du dictionnaire, Tbj, dominiko, et tous les occasionnels qui prennent la peine de proposer des modifications. Je suis navré, d’ailleurs, d’avoir si peu de temps en ce moment pour me pencher sur le retard accumulé.

dans ce monde de développeurs, partisans inconditionnels de telle ou telle méthode...


Je ne suis pas responsable du fractionnement des méthodes de correction. On se borne à améliorer l’existant pour le correcteur Hunspell, qui est à ma connaissance le plus avancé dans les logiciels libres. On fait ce qu’on peut pour faire avancer les choses.

Pour ma part, le fractionnement des méthodes d’administration de Linux, c’est justement ce qui m’a horripilé, et c’est l’une des raisons de mon désintérêt, mais mon avis sur Linux n’a aucune importance, de toute façon, ça n’a que peu de rapport avec ce que nous faisons ici.
le 11 avril 2013 à 15:42

Notification par e-mail    0